Save the date ! Journée d’étude « L’Homme face au Temps : Expériences de la vitesse » [En visioconférence]

Le 20 novembre se tiendra notre seconde journée d’étude transdisciplinaire, dédiée aux expériences du temps :

Littérature, cinéma, mais aussi arts plastiques et horlogerie, il y en aura pour tous les goûts !

Lien vers la visioconférence disponible ici.
Mot de passe : 7CZzYZMeA33

Au programme :

9h : Ouverture de la journée d’étude

Expérience(s) et mémoire

9h15 : Rodolphe PEREZ (Doctorant, Université de Tours), « Temps retrouvé : la déformation mémorielle dans Histoire de l’œil de Bataille. »

9h35 : Marion LABOUEBE (ATER, Université Grenoble Alpes), « La caméra comme trajectoire(s) mémorielle(s) dans Le Miroir d’Andreï Tarkovski. »

9h55 : Fabiana FLORESCU (Doctorante, Université de Bucarest), « (Dé)montages du discours romanesque. Expérience de la mémoire et de l’écriture dans Demain je meurs de Christian Prigent. »

10h15-10h30 : Discussion

10h30-10h45 Pause

L’Horloger de Saint-Paul

10h45-12h15 : Conférence plénière 

Philippe CARRY, (L’Horloger de Saint-Paul) : « L’horologium ou les battements du temps »

12h15-13h45 : déjeuner

Vitesse et vanité

13h45 : Gislain ESSOME LELE (Doctorant, Université Jean Monet Saint-Étienne et Université de Maroua, Cameroun), « L’Esthétique de la Vanité dans la grammaire picturale de Felipe Alarcón Echenique. Cas de Guernica, la Bestia Indomable (2016-2018) et Cervantes, Visiones del Persiles (2017) »

14h05 : Camille SIGNES (Doctorante contractuelle, Université Lumière Lyon 2), « “Midi qui sans changer toujours midi demeure” : révéler l’éternité dans la poésie mystique de Catharina von Greiffenberg »

14h25 : Louis DAUBRESSE (ATER, Université de Lorraine), « À Rebrousse-poil du temps : les fictions cinématographiques face à l’envers »

14h45-15h : Discussion

15h-15h15 Pause

Middle of Nowhere : horizon incertain

15h15-16h45 : Conférence plénière 

Conférence de Laurent MULOT (Artiste plasticien, Lyon) : « L’instant et la vitesse » présentation de trois de ses travaux : Augenblick, Thinkrotron et Aganta Kairos de son œuvre générique Middle of Nowhere  (mofn.org)

16h45-17h Pause

Expériences artistiques du temps

17h : Céline CAUMON (Professeure, Université Toulouse Jean Jaurès, Université de Soochow, Chine) « “Color-walk” : la marche en, par, pour la recherche et la création. De l’accélération additive citadine à l’action résonante du design-couleur. »

17h20 : Alexandre MELAY (Artiste plasticien, ENSBA Lyon, Docteur, Université de Lyon/Saint-Étienne), « Le Temps : une forme sans figure ? Retranscrire les effets temporels. »

17h40-18h : Discussion

Journée d’étude. L’Homme face au temps : expériences de la vitesse

Appel à communication – Journée d’étude transdisciplinaire

À la suite de la journée d’étude « L’Art du Temps : représenter, maîtriser » du 24 janvier 2020, un groupe de doctorantes et de jeunes chercheuses organise une seconde journée d’étude transdisciplinaire intitulée « L’Homme face au temps : expériences de la vitesse » qui se tiendra à l’Université Jean Moulin (Lyon 3) le 20 novembre 2020.

Ce second volet scientifique du projet junior « Les Effets de temps : perception et représentation de la vitesse » a pour objectif de poursuivre les dialogues amorcés en janvier dernier, en confrontant une nouvelle fois les approches de différentes disciplines (lettres et arts, sciences humaines et sociales, sciences exactes…) pour rendre compte d’une problématique commune.

Tandis que la première journée d’étude se concentrait sur la manière dont les hommes représentent le temps afin de le maîtriser, cette seconde journée partira au contraire du constat de l’échec de toute tentative de maîtrise : quoiqu’on y fasse, « on ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve ». Les participants sont donc invités à s’intéresser aux expériences qui se rapportent à ce sentiment d’être dépassé par un temps qui s’écoule malgré nous, expériences qui peuvent prendre différentes formes :

  • sentiment du sublime et sens de la finitude humaine (pratique des vanités)
  • défi de retranscrire ce passage du temps au sein d’une pratique artistique, et en particulier dans les media artistiques statiques
  • représentation de l’écoulement temporel dans l’art de la narration et tension entre le temps de l’histoire et celui de la narration
  • grisement, ou au contraire sentiment de décalage et de perdition, face à la vitesse à laquelle le temps s’écoule, et notamment impression d’accélération à l’ère de la modernité puis de l’hypermodernité
  • appréhension et représentations du vieillissement dans les sociétés occidentales et orientales
  • interrogations sur la mémoire (pertes de mémoire, sélection des souvenirs, déformations mémorielles…)
  • curiosité scientifique pour des processus infiniment plus lents (géologie) ou rapides (physique atomique ou quantique) que le temps de la vie humaine

Les propositions de communications pourront s’inscrire dans des disciplines variées telles que les lettres, les langues, les arts, l’histoire, la géographie, la philosophie, la sociologie, la psychologie ou encore l’architecture, mais également la géologie, la biologie, la médecine ou les sciences physiques. D’une longueur d’environ 300 mots, elles seront à faire parvenir avant le 30 mars, accompagnées d’une courte notice biographique, à l’adresse suivante : effets.de.temps@gmail.com

« L’Art du temps : représenter, maîtriser» : Journée d’étude le 24 janvier 2020

Musique, peinture, sciences physiques, histoire, philosophie… Comment saisissons-nous le temps ?

Cette journée pluridisciplinaire, rassemblant des chercheurs et professionnels issus aussi bien des sciences exactes que des sciences sociales et des humanités, portera sur les différentes manières de représenter et de maîtriser le temps, et sur la nécessité de le représenter pour mieux le maîtriser.

La journée aura lieu de 9h à 17h15 à l’amphithéâtre de la MILC au 35 rue Raulin (Lyon 7ème). Entrée libre.

Venez rencontrer les artistes de l’exposition « Hyper- » le 15 janvier 2020 !

Lors d’une deuxième rencontre le mercredi 15 janvier 2020 de 16h à 18h, nous accueillerons Kévin Ardito, Margaux Auria, Maxime Delhomme et Sabine Leclercq, tous récemment diplômés des écoles d’art de la région et membres de l’ADERA (Association des Écoles Supérieures d’Art et de Design Auvergne Rhône-Alpes). La rencontre se déroulera dans la salle d’actualités de la bibliothèque universitaire de la Manufacture des Tabacs, à l’Université Jean Moulin (Lyon 3).

Venez nombreux !

Retrouvez également leurs œuvres lors de l’exposition Hyper-à la galerie Création 57 (LYON 2ème) les 25 et 26 janvier 2020 !

Première rencontre avec les artistes de l’exposition « Hyper- »

Le lundi 2 décembre, Robin Curtil, Jenny Feal et Mükerrem Tuncay, jeunes artistes lyonnais, sont venus présenter leur travail lors d’une rencontre publique à Manufacture des Tabacs (Université Jean Moulin – Lyon III). L’échange stimulant qui a eu lieu avec les étudiants et les enseignants a permis d’aborder des thématiques diverses, telles que le rôle de conservation de l’art, la portée politique des oeuvres, la question de la censure et les combats quotidiens des artistes.

Rencontre avec les artistes de l’exposition « Hyper-»

Ce lundi 2 décembre Robin Curtil, Jenny Feal et Mükerrem Tuncay viennent rencontrer les étudiants de l’Université Jean Moulin Lyon 3. Au cours d’une discussion chaleureuse, ils évoqueront avec eux leur pratique artistique et leur lien avec projet Les Effets de temps.

Cette rencontre est gratuite et ouverte à tous, nous vous attendons nombreux aujourd’hui et le mercredi 11 décembre pour un nouveau moment d’échange !

Exposition « Hyper- »

« Hyper- » a local art show like no other in the city of Lyon. It explores freely human perception and appreciation of time and temporality.

25 et 26 janvier 2020 (11h-18h)

Création 57 – Agence ArchIn Design, Lyon 2ème

Artistes: Kévin Ardito, Margaux Auria, Robin Curtil, Maxime Delhomme, Jenny Feal, Sabine Leclercq, Mükerrem Tuncay

Commissaire de l’exposition: Bérangère Amblard

Le 25 février 2019, un « bang » retentissait dans le ciel lyonnais. A 10 000 mètres au-dessus de la ville, un mirage 2000 en vol d’entrainement avait franchi le mur du son. Cette folie des records de vitesse prophétise un monde quadrillé par des réseaux de transports aux noms puissants et accrocheurs, plus rapides les uns que les autres ; des lignes d’avions supersoniques Boom, des voies de Bullet Trains, qui relieront Paris à Tokyo ou à San Francisco en quelques heures seulement. La vitesse des déplacements humains n’a de pareille que celle, vertigineuse, de la circulation et de la transmission des images, des informations ou des biens de consommation. Dans nos sociétés hypermodernes, tout concourt à répondre à une exigence désormais normalisée d’immédiateté. Le préfixe « hyper », que l’on accole maintenant un peu à tout, caractérise l’excès hypermoderne. Celui de l’ère de l’hyperconsommation, de l’hyperconnection, de l’hyperréalité, de l’hyperrapidité.

A mesure que les distances se réduisent et les frontières s’effacent, c’est le temps et sa mesure qui changent. « La société hypermoderne apparaît comme celle où le temps est de plus en plus vécu comme une préoccupation majeure, celle où s’exerce et se généralise une pression temporelle croissante. »  C’est ainsi que Gilles Lipovetsky caractérise l’époque hypermoderne. Une époque aux temporalités accélérées, raccourcies, à l’origine d’un sentiment de raréfaction du temps. Si bien que jamais l’impression de perdre du temps n’a été aussi prégnante que depuis que l’on cherche autant à en gagner. L’époque hypermoderne, et ses nombreux excès de vitesse, est aussi celle qui, à force d’accélération a fait imploser la temporalité. Celle où le présent est devenu hégémonique. « Un présent immobile s’est abattu sur le monde » affirme Marc Augé, « il n’est plus issu de la lente maturation du passé, ne laisse plus transparaître les linéaments de possibles futurs, mais s’impose comme un fait accompli ». La temporalité hypermoderne, se traduit également par cet état paradoxal d’apesanteur temporelle.

Les artistes exposés, jeunes diplômés des écoles des Beaux-Arts de la région Auvergne-Rhône-Alpes, travaillent en étroite collaboration intellectuelle avec les doctorants et jeunes chercheurs à l’origine du projet. Au croisement de la recherche académique et de la recherche artistique, cette exposition thématique se propose de saisir un temps toujours plus insaisissable. Elle aspire à mobiliser des prismes et des regards divers autour de questionnements communs. Comment appréhender une temporalité toujours plus glissante ? L’art peut-il influer sur sa perception ? Existe-t-il des contrepoids à l’ivresse de la vitesse ?