Appel à communications – L’Art du Temps

Journée d’étude « L’Art du Temps : Représenter, maîtriser »
(24 janvier 2020)

Le projet

Cette journée d’étude appartient au projet « Les Effets de temps : Perception et représentation de la vitesse » qui vise à réunir autour d’une réflexion sur le temps des jeunes chercheurs issus aussi bien des disciplines littéraires que des sciences humaines ou des sciences exactes, mais également de jeunes artistes et professionnels de différentes branches. En effet, la relation au temps informe toute activité humaine, qu’elle soit philosophique ou scientifique, académique ou économique, et ce de manière plus sensible encore à l’époque de « l’hypermodernité », comme l’explorera l’exposition « Hyper- » qui se tiendra à la galerie Création 57 à la suite de la journée d’étude.

La journée d’étude

Les interventions de cette journée porteront plus précisément sur la manière de représenter et de maîtriser le temps, et sur la nécessité de le représenter pour mieux le maîtriser. Personne n’a sans doute mieux posé le problème de la représentation du temps que Henri Bergson. Dans son essai « La pensée et le mouvant », le philosophe commence par relever la manière dont le temps en physique est représenté par une droite. De même, le langage courant utilise le vocabulaire de l’espace pour parler du temps (on dit par exemple que le temps « passe », de la même manière qu’un train passe devant une gare). Cependant, il souligne ce que cette représentation a d’erroné puisque le temps est, par définition, mobile, tandis qu’une ligne, elle, est immobile. Comment dès lors expliquer ce choix ? Pour lui la raison en est que la « fonction [de la science] est précisément peut-être de nous composer un monde où nous puissions, pour la commodité de l’action, escamoter les effets du temps. » Il pose donc à la fois que nous tendons à représenter le temps par l’espace et que cette représentation « commode »  et « immobile » du temps est une condition indispensable de toute action.

Néanmoins, cet essai date du début du XXe siècle. Comment la représentation du temps a-t-elle pu évoluer en science depuis lors ? Comment les arts visuels s’efforcent-ils de représenter quelque chose d’aussi immatériel que la durée ? Toute représentation du temps vise-t-elle à le maîtriser ? Peut-on trouver une forme d’expression du temps qui lui restitue sa durée ? Quelles transformations la perception du temps dans notre société a-t-elle pu connaître, à une époque où l’évolution rapide des technologies semble tout accélérer ? Quel impact peut avoir cette évolution sur l’action politique, juridique ou économique ? De quelle manière la temporalité influence-t-elle la recherche en sciences humaines et sociales ? Voilà certaines des questions qui seront abordées à l’occasion de cette journée d’étude.

La table ronde

La journée se clôturera par une table ronde réunissant quatre intervenants issus des mondes académique et professionnel. On demandera à chacun de préparer une intervention d’environ 7mn sur la manière dont il ou elle est confronté(e) au temps comme contrainte dans l’exercice de son métier ou de son activité de recherche. Dans son domaine, envisage-t-on davantage le temps long ou l’action immédiate ? Comment organise-t-on son temps ? Quelles contraintes temporelles extérieures peuvent s’imposer ? Ces présentations initiales, permettant à chacun d’exprimer la manière dont il fait l’expérience du temps dans le cadre de ses activités, serviront de point de départ à une discussion entre les intervenants, animées par un médiateur, puis à des échanges avec le public.