Exposition « Hyper- »

25 et 26 janvier 2020 (11h-18h)

Création 57 – Agence ArchIn Design, Lyon 2ème

Artistes: Kévin Ardito, Margaux Auria, Robin Curtil, Maxime Delhomme, Jenny Feal, Sabine Leclercq, Mükerrem Tuncay

Commissaire de l’exposition: Bérangère Amblard

Le 25 février 2019, un « bang » retentissait dans le ciel lyonnais. A 10 000 mètres au-dessus de la ville, un mirage 2000 en vol d’entrainement avait franchi le mur du son. Cette folie des records de vitesse prophétise un monde quadrillé par des réseaux de transports aux noms puissants et accrocheurs, plus rapides les uns que les autres ; des lignes d’avions supersoniques Boom, des voies de Bullet Trains, qui relieront Paris à Tokyo ou à San Francisco en quelques heures seulement. La vitesse des déplacements humains n’a de pareille que celle, vertigineuse, de la circulation et de la transmission des images, des informations ou des biens de consommation. Dans nos sociétés hypermodernes, tout concourt à répondre à une exigence désormais normalisée d’immédiateté. Le préfixe « hyper », que l’on accole maintenant un peu à tout, caractérise l’excès hypermoderne. Celui de l’ère de l’hyperconsommation, de l’hyperconnection, de l’hyperréalité, de l’hyperrapidité.

A mesure que les distances se réduisent et les frontières s’effacent, c’est le temps et sa mesure qui changent. « La société hypermoderne apparaît comme celle où le temps est de plus en plus vécu comme une préoccupation majeure, celle où s’exerce et se généralise une pression temporelle croissante. »  C’est ainsi que Gilles Lipovetsky caractérise l’époque hypermoderne. Une époque aux temporalités accélérées, raccourcies, à l’origine d’un sentiment de raréfaction du temps. Si bien que jamais l’impression de perdre du temps n’a été aussi prégnante que depuis que l’on cherche autant à en gagner. L’époque hypermoderne, et ses nombreux excès de vitesse, est aussi celle qui, à force d’accélération a fait imploser la temporalité. Celle où le présent est devenu hégémonique. « Un présent immobile s’est abattu sur le monde » affirme Marc Augé, « il n’est plus issu de la lente maturation du passé, ne laisse plus transparaître les linéaments de possibles futurs, mais s’impose comme un fait accompli ». La temporalité hypermoderne, se traduit également par cet état paradoxal d’apesanteur temporelle.

Les artistes exposés, jeunes diplômés des écoles des Beaux-Arts de la région Auvergne-Rhône-Alpes, travaillent en étroite collaboration intellectuelle avec les doctorants et jeunes chercheurs à l’origine du projet. Au croisement de la recherche académique et de la recherche artistique, cette exposition thématique se propose de saisir un temps toujours plus insaisissable. Elle aspire à mobiliser des prismes et des regards divers autour de questionnements communs. Comment appréhender une temporalité toujours plus glissante ? L’art peut-il influer sur sa perception ? Existe-t-il des contrepoids à l’ivresse de la vitesse ?