Mükerrem Tuncay, pigeon voyageur et artiste touche-à-tout

Awakening Fossil, 2010, photographies (C Print), © Mükerrem Tuncay

Retrouvez ses oeuvres à l’exposition Hyper- du 24 au 26 janvier 2020 à la galerie Création 57 – Agence ArchIn Design !

Peux-tu me parler un peu de ton parcours ?

J’ai un parcours un peu particulier, parce qu’interdisciplinaire. Je suis née en Turquie, et j’ai commencé par suivre une Licence de biologie. J’ai trouvé ça très intéressant, et ça m’a par exemple amenée à m’interroger sur le rapport que nous, les êtres humains, entretenons avec les autres êtres vivants. Mais c’était aussi un domaine dans lequel, à part en faisant une thèse, on ne pouvait pas s’exprimer.

C’est pour ça que j’ai voulu entrer aux Beaux-Arts comme photographe, parce que je voulais pouvoir exprimer ma propre opinion et ma propre expérience des chose. Grâce à un programme d’échange, j’ai pu venir finir mes études d’art à Lyon, et je ne suis plus repartie.

Peux-tu identifier des influences dans ton travail ?

Oui. J’ai été beaucoup influencée par des penseurs comme Françoise Vergès et l’idée du féminisme décolonial, Frantz Fanon (avec Peau noire, masques blancs, 1952) et Edward Saïd (L’Orientalisme, 1972) sur la question du racisme. Ce sont des réflexions qui m’ont aidée à mieux comprendre ma situation. Je suis aussi très intéressée par les théories des biologistes qui font le lien entre les différentes espèces, comme Donna Haraway ou Guillaume Lecointre. Pour moi, Guillaume Lecointre, c’est le nouveau Darwin français !

Tu as une pratique très variée : tu fais de la photo, de la vidéo, de la céramique, de la sculpture, etc. Quels rapports vois-tu entre ces différentes formes ? Qu’est-ce qui t’amène à en choisir une plutôt qu’une autre ?

J’ai suivi une formation qui m’a permis de m’exprimer avec plusieurs mediums. Dans ce que je fais, j’essaye de toujours me laisser guider d’abord par le contenu et la recherche de forme vient par la suite. Comme je fais des installations, les choses finissent par trouver leur place dans l’ensemble. Mais ce qui m’amène à en choisir une plutôt qu’une autre ? Je crois que c’est une décision un peu instinctive. J’essaye de trouver le medium qui retranscrit le mieux le contenu émotionnel de l’œuvre.

Close call, 2019, poème, © Mükerrem Tuncay

Certaines de tes pièces sont aussi des textes, ou des poèmes : y a-t-il pour toi une différence entre ces textes et tes œuvres plastiques ? Te considères-tu comme artiste et poétesse ?

Non, pour moi ce ne sont pas deux choses différentes. Certains sentiments ne s’expriment que par la poésie, ça répond à un besoin. C’est comme ces gens qui chantent sur les chantiers, parce que le corps a besoin de s’exprimer.

Mais c’est une question intéressante. L’art contemporain est très cadré, et quand j’ai exposé ma pièce Letter to Kuzu, c’est une interrogation qui  a été soulevée : quel statut donner à ce texte ? Est-ce qu’on le considère comme un dessin ? Une sculpture ? Pour moi, ça n’a pas de sens de se le demander, les textes que j’écris font partie intégrante de ma pratique.

Tu travailles beaucoup avec la céramique ces dernières années, notamment avec des séries de dessins sur céramique. Comment en es-tu venue à utiliser cette technique ?

J’ai commencé à travailler la céramique en 2014, pour me libérer de mon ordinateur. Ca m’est apparu comme une nécessité : j’avais besoin de faire travailler mes mains, et pas seulement mon cerveau.

C’est vrai que c’est un médium que j’aime bien. J’ai commencé une série qui est censée être comme un journal de mon quotidien, avec un dessin assez caricatural. Je laisse souvent des traces de doigts sur les plaques, pour rappeler le processus de création. J’aime aussi utiliser ces pièces comme images. Je suis d’abord photographe, donc j’ai un goût pour l’image.

Mise en scène d’atelier, 2020, sculpture, © Mükerrem Tuncay

Pour l’exposition Hyper-, tu vas aussi présenter des pièces en céramique, des petites sculptures cette fois-ci. Peux-tu m’en parler un peu ?

C’est une exposition autour de la question du temps, et de l’hypermodernité. Je trouvais intéressant de travailler la céramique dans ce contexte, parce que ça me rappelle les fossiles qui restent comme mémoire des temps passés. Je me suis demandé ce que nous nous allions laisser comme fossiles.

J’ai eu envie aussi de travailler autour de l’image de la main, parce que c’est un symbole de transmission. C’est pour ça qu’un des éléments-clés des petites mise en scène que je vais présenter sera des sculptures de mains sur des claviers. Ca nous amène à nous poser la question de l’évolution des technologies : à quoi sert la technologie ? Et qu’est-ce qu’on apprend aux robots ? Quelles connaissances leur donne-t-on ? Quelles informations transmettrons-nous aux nouvelles générations ? Je pense que ce sont des questions d’actualité.

Propos recueillis par Alix Cazalet-Boudigues.