Peinture totémique et dessin au rythme du quotidien

Dessin préparatoire pour costume – recherche pour un projet d’intervention à Saint-Fons , 2019
Photographies de Camille Gabet Langlois, prisent lors de la performance de Zézé au moment de la Fête des couleurs, Saint-Fons, 2019

Retrouvez certaines oeuvres à l’exposition Hyper- du 24 au 26 janvier 2020 à la galerie Création 57 – Agence ArchIn Design !

1/ Parle moi un peu de ton parcours?

J’ai fais mes études aux Beaux-Arts de Lyon pendant cinq ans ou j’ai bénéficié d’un échange Erasmus en Turquie pendant six mois. Ensuite, j’ai contribué à la création d’un collectif “Hotel triki” qui est une association nous permettant de louer des espaces d’ateliers et de réaliser des expositions. En 2018, j’ai bénéficié d’un post-diplôme CEPIA de un an, à l’école des beaux arts de Bourges.

2/ Pourquoi tu as choisi la performance et la peinture?

Je pratique au quotidien le dessin sur des feuilles A4. Ce sont des potentialités qui s’écrivent aux quotidien. Des lignes de départ qui se fixent mais dont la course, et l’aventure n’est pas déterminé. Il s’agit justement de choisir lequel des dessins mérite d’être développé. De là ça se complexifie, ça s’agrandit et il y a des changements de matière et de médium. Ça se transforme – je me transforme. Je fais de la peinture, des costumes, des installation, de la performance, et des interventions. J’appréhende l’art comme une ouverture de possibles ou chacun de mes projets doit m’apporter des connaissances, techniques, intellectuelles ou manuelles.

Je n’ai pas choisis la peinture, c’est ma pratique qui m’a amené à elle, tous comme la peinture m’a amené à la performance.

3/ J’ai appris que ton nom de performance est Zézé? Est-ce qu’il y a une historie derrière ce choix?

Zézé est effectivement un personnage que j’ai fait connaitre à partir de ma deuxième année aux beaux art de Lyon. Zézé est mon surnom de famille. C’est une marque spécifique d’affection de mes parents : “mon zézé”. J’ai utilisé ce surnom pour rendre visible mon enfant intérieur. Grandir me paraissait être un acte de trahison envers moi-même. Effectivement j’avais le sentiment de devoir devenir une autre personne pour être accepter socialement comme une personne responsable et autonome. Je voulais franchir les étapes me menant à l’âge adulte sans perdre, sans sacrifier mon être enfantin mais plutôt “être avec” lui. Je ne pouvais me construire sans lui. Alors, pour que la société et ma famille

le comprenne, je lui ai permis d’apparaître en animal totémique : un hibou mondrianesque qui joue de la guitare et chante des sons, des lettres et des mots qui n’ont pas de sens.

Cette schizophrénie assumée m’a complètement ouvert sur mon identité et sur ce que je voulais faire de mon corps tous comme de son image et de son histoire. De la peinture sur châssis, je suis passé à la peinture sur toile libre. Économiquement, je pouvais me permettre de peindre à l’échelle de mon corps et de pouvoir sortir la peinture de l’atelier pour des actions avec des personnes que je voulais mettre en avant, révéler. Zézé s’est donc engagé dans la recherche du bonheur et s’est institué comme le pouvoir de la couleur.

4/ Comment se déroule une séance travail type?

Une séance de travail type c’est:

Flashs dans la tête – dessins – développement par l’écrit – lecture – dormir – interrogation de l’idée – validation – développement plastique (test) – réalisation.

5/ Est-ce que tu peux me parler un peu de ton processus de création d’une performance et/ou une peinture?

Mon processus de création est chaotique et remplie de contradiction. Je n’arrive pas à comprendre le monde et je cherche à le comprendre. Je suis passionné, je ne peux faire à moitié. Et c’est ce qui m’amène à fixer sur une chose et à ne pas la lâcher pour la comprendre. Alors:

JE MONTE démonte REMONTE. Dans ce processus le sommeil est primordiale et j’aimerais pouvoir dormir d’avantage.

6/ Quels sont tes inspirations et références?

L’humain m’inspire. Les gens et leur parcours, leurs histoires. Le football, son jeu et son image.

Pour les artistes et cinéastes sont: Bernard Frize et Bernard Piffaretti Lisa Jonasson, Benjamin Seror, Paul Kindersley.

7/ Quels sont tes matériaux et couleurs de prédilection?

Le jaune est ma couleur préférée mais j’adore toutes les couleurs en général mais j’ai une préférence pour les couleurs chaudes parce qu’elles représentent pour moi l’intimité, la chaleur, les sentiments…

8/ Comment tu vois ton rapport avec la plénitude et l’éphémère dans un premier temps?

La plénitude? Quand je finis un projet et que je peux le regarder comme un spectateur. Et quand je danse avec mes amis et famille.

L’éphémère me renvoi à la consommation et à l’obsolescence programmé. La sensation que bientôt tous sera choses, qui ne seront plus que des images à acheter, connectaient à nos cerveaux

9/ Quel est ton ressenti par rapport à l’excès et le “toujours plus” symptomatique de notre ère selon ?

Le “toujours plus” me renvoi à un état de fatigue, de dépense continue, me menant à la perte. Ne plus dormir et travailler nuit et jour…

Biographie de Maxime Zézé Delhomme: 

Zézé Maxime DELHOMME est né en 1990 dans la Drôme. Sa pratique de dessin, peinture, performance et vidéo-performance, consiste à chercher des situations. En inventant des processus d’images, il mélange jeu, rituel et système de pouvoir où se présente et se métamorphose suivant le contexte, le corps de l’artiste et ses stéréotypes. 

Après une oeuvre participative réalisée en 2010 avec les Terminales du Lycée Dauphiné à Romans sur Isère, il intègre l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon d’où il sortira diplômé d’un master (DNSEP). Il effectuera un passage en Turquie et à son retour bénéficiera d’une collaboration avec Jiri Kovanda pour une édition d’artiste. Après l’école, il intègre une franchise de Domino’s Pizza et réalise une performance à l’intérieur d’un magasin début 2017. Il fonde avec Alex Egea le collectif l’Hôtel Triki, proposant un atelier et une exposition à Lyon. En 2018, il intègre le post-diplôme CEPIA de l’école nationale supérieure d’art de Bourges. En 2019, il est sélectionné par le centre d’art plastique (CAP) de Saint-fons pour son projet artistique de porte à porte intégrant les habitants dans un échange de mains. Il a également assisté Olivier Nottellet à deux reprises sur des projets de peinture in situ, à Limonest et au CHU de Rouen. 

Propos recueillis par Narimene Ibrahim