« Rien ne se perd, tout se transforme » : l’art de l’assemblage dans l’œuvre de Sabine Leclercq

Diplômée de l’Ensba Lyon, Sabine Leclercq combine divers matériaux et objets glanés au fil de sa vie afin de créer des œuvres plastiques surprenantes.

Retrouvez ses œuvres à l’exposition Hyper- du 24 au 26 janvier 2020 à la galerie Création 57 – Agence ArchIn Design !

Conquistadora, 2019 , C-print digital sur papier satiné, 80 x 60 cm. © Sabine Leclercq

Pourquoi as-tu choisi de t’intéresser à la sculpture ? Quel est ton parcours ? 

La pratique de la sculpture me permet de sentir physiquement la matière, de créer des présences, d’ériger des matériaux, d’expérimenter, de bâtir. Plus précisément, je m’intéresse à l’assemblage. Cette technique m’aide à révéler le potentiel constructif d’une entente physique et esthétique d’éléments hétéroclites. Expérimenter le comportement des matériaux est ce qui m’anime le plus lorsque je travaille. Comme un chercheur dans un laboratoire, j’accumule les connaissances, assume les expériences ratées et offre de nouvelles possibilités par associations et accumulations de gestes et de matières, tout en cherchant l’équilibre et l’harmonie, soit une équation unique. En 2008, j’ai obtenu un baccalauréat scientifique et j’étais fascinée par la physique. En second choix de carrière, je projetais de devenir ingénieure en études de propulsion satellites. Je préférais créer et j’ai choisi une licence en arts plastiques à Toulouse, puis je suis entrée à l’Esad Valenciennes où j’ai rencontré Stephen Maas, sculpteur et enseignant qui a appuyé cet intérêt pour l’étude du comportement des matériaux. J’ai effectué mon master à l’Ensba Lyon où j’ai obtenu le Dnsep art en 2016. Aujourd’hui, j’ai remplacé les TP de physique par des expériences de matières à taille humaine et l’outil de mesure est devenu mon corps. Je fais expérience de ce que j’expérimente.

Ma petite entreprise under pressure, 2019, carton, boîte de rangement, moquette, grille en acier, plaque en acier, plâtre, plastique, enduit, bitume, chaîne, anneau métallique, scotch aluminium, scotch noir, sticker noir, photocopie, papier holographique, papier métallique, papier, scotch transparent, gouache, 175 x 160 x 130 cm. © Sabine Leclercq

Pourquoi as-tu accepté de participer au projet et à cette exposition autour des questions du Temps et de l’Hyper Temps ?

J’ai voulu participer à ce projet pour la collaboration entre chercheurs universitaires et artistes, que je considère aussi comme des chercheurs. C’est une rare occasion de mettre en commun des points de vue différents suivant le domaine de chacun. J’ai donc accepté d’exposer. Il me semble difficile de définir l’Hyper Temps et excitant de réfléchir sous quelle forme et à partir de quoi cette notion pourrait apparaître.

Comment construis-tu une œuvre et son titre ?

Il y a plusieurs étapes de travail qui s’entrecroisent avant d’obtenir une œuvre. Mon premier geste est de glaner, ensuite j’expérimente la matière puis je stocke et je tente d’assembler trouvailles, photographies, dessins, peintures et expérimentations stockés dont le fil conducteur sont les contrastes, les formes et les couleurs. Je compose une sorte de poésie visuelle, physique et spatiale. Dès qu’une œuvre possède son comportement, sa personnalité, son univers, qu’elle tient debout et offre un paysage, je sens que je n’ai plus à intervenir. Et notamment, le titre surgit comme un slogan. Il va être un fragment de musique que j’entends au moment où je construis l’assemblage ou alors un jeu de mots et de sens. Rien ne se perd, tout se transforme.

Le placard était trop petit, 2019, bois, plâtre, enduit, gravier, pigment, aluminium, PVC, tesselles holographiques, tissu, œillets, anneaux métalliques, perruque, veste, chaînette dorée, photocopie, épingle, orange, spray acrylique, peinture, 200 x 220 x 170 cm. © Sabine Leclercq

Ces assemblages me paraissent être aussi des traces d’une présence humaine, artistique. Quelle est la place du spectateur ?

Effectivement, au cœur de cette pratique, je parle d’une manière fragmentée, directe ou indirecte du corps mais surtout de l’être humain. Un assemblage ou sculpture est un indice de référence spatial qui révèle, souligne ou contredit notre propre posture, souvent nous sommes debout face à l’œuvre. Dans ce jeu de “face à face”, le spectateur est automatiquement en rappel avec sa propre existence et son corps. Et il se découvre en définissant ce qu’il observe et ce qu’il ressent face à la complexité des éléments relevant de la trace humaine et au comportement des matériaux qui constituent un assemblage. Ainsi face à une construction figée de taille humaine, il se situe et se construit individuellement par la pensée mais se rappelle aussi de sa propre condition en tant qu’humain.

Clockwork Grey, 2019, bois, tube en aluminium, plâtre, fer, tissu, enduit, scotch aluminium, scotch noir, sticker noir, tube, papier, graphite, boîte à chaussure, assise en bois, collier, acrylique en spray, acrylique, gouache,
200 x 190 x 70 cm. © Sabine Leclercq

Quelle est l’œuvre ou quel est le projet que tu aimerais réaliser par la suite ?

J’aimerais par la suite impliquer directement le corps du spectateur au sein de l’œuvre. Je souhaiterais agir dans l’espace et que mon intention engendre un comportement commun aux spectateurs. Au lieu d’activer l’œuvre par la pensée, elle se ferait par le biais d’une implication physique dans un environnement qui l’y invite.

Propos recueillis par Coralie Griffon