« Beauté suspendue » – Galerie photo

Publiées dans un ouvrage intitulé Chants d’immeubles, les photographies de cette série nous donnent à voir des bâtiments selon des perspectives inhabituelles, jouant avec les lignes de fuite, les matériaux et les notions d’échelle. Toujours en noir et blanc, ces clichés nous plongent hors du temps, et d’une certaine manière hors de l’espace, dans une réflexion esthétique sur ces géants de bitume et de fer. Par la composition fine des prises de vue et la maîtrise du grain de la pellicule, Jérémie Corbeau nous propose ainsi une évasion toute poétique, et nous invite à nous pencher sur de nouvelles facettes de l’architecture.

Beauté suspendue #1 © Jérémie Corbeau

Dès la première photographie, le contraste entre ciel et bâtiment est saisissant, opposant la rigidité du matériau architectural à l’homogénéité d’un ciel à peine découpé par une trainée de fumée d’avion. Les longues lignes de l’immeuble s’élançant vers le bord en haut à droite sculptent une structure élégante et harmonieuse. De bâtiment horizontal et massif aux longs balcons parallèles et uniformes, la structure revêt ainsi par le renversement de la perspective un tout autre aspect, tout en verticalité.

Beauté suspendue #2 © Jérémie Corbeau

C’est un style tout autre qui est proposé ici, la façade étant ponctuée de multiples fenêtres. Le bâtiment se détache du fond noir et homogène, qui encadre et découpe la structure. Une nouvelle fois, le regard est perdu par le renversement de perspective, et étudie le bâtiment, suivant les lignes dessinées vers le point de fuite que l’on devine à droite de l’image. Aucun signe de vie n’est perceptible sur ce cliché – hormis le degré d’ouverture des stores. Ce sont véritablement les propriétés esthétiques de la façade qui sont mises en avant dans cette composition.

Beauté suspendue #3 © Jérémie Corbeau

Le contraste entre ombres et lumières est si intense sur cette photographie qu’il faut quelques secondes au regard pour comprendre ce qu’il observe. Est-ce un bâtiment gris à la forme géométrique atypique ? Ou bien deux façades ombragées qui s’opposent ? Paradoxalement, le ciel a ici plus de texture que le béton ; le grain de la photographie le fait ressortir, avec l’aide du noir absolu de la façade de gauche. Tels deux aplats, l’un noir et l’autre gris, de part et d’autre d’une ligne oblique, façade et ciel se confondent ainsi, le regard se rattachant alors aux détails de la façade de droite.

Beauté suspendue #4 © Jérémie Corbeau

Nouveau cliché jouant avec les contrastes, cette photographie donne l’impression d’être un négatif. Le ciel est si sombre qu’il se fond avec la façade, et seules les « ombres » trapézoïdes des balcons se détachent. L’aspect géométrique de la composition est saisissant, et ce sont finalement les traces de vie des balcons qui rappellent le spectateur à l’architecture du bâtiment. Tous sont similaires, mais tous portent la marque d’une appropriation par les habitants: volets entrouverts, plantes, et autres détails témoignent de la vie du lieu, ici en suspens.

Beauté suspendue #5 © Jérémie Corbeau

N’occupant qu’un tiers de la composition, le bâtiment photographié ici semble laisser sa place de sujet au ciel, dont l’homogénéité absolue intrigue. Le regard plonge dans le gris sombre de cet aplat, pour revenir ensuite à la façade. La perspective accentuée de l’architecture rappelle les peintures de la Renaissance italienne, dont les représentations de villes idéales mettent en scène la perfection des proportions dans des espaces où l’homme est souvent absent.

Beauté suspendue #6 © Jérémie Corbeau

La symétrie quasi-parfaite de la structure présentée ici guide le spectateur le long de la façade. Les axes sont confondus, le mouvement ascendant étant perçu de manière horizontale, l’œil parcourant cette « avenue » aux bords rappelant des bâtiments. Ce sont les légères imperfections du béton, les volets ouverts et les traces d’humidité qui rappellent au spectateur qu’il s’agit ici d’une façade, dont le point de fuite se perd dans le ciel à la texture accentuée.

Beauté suspendue #7 © Jérémie Corbeau

Les nuances de gris de ce cliché sont plus douces que dans les autres photographies de la série. La texture du ciel est moins homogène, et c’est le bâtiment au centre de l’image qui revêt un caractère atypique. Comme collée entre la façade nette de droite et le ciel, la structure articule deux tons, réfléchissant les rayons du soleil et l’ombre portée d’une architecture devinée. Des balcons se dessinent ainsi par reflet, témoignant du fonctionnalisme de l’architecture tout en soulignant le caractère surréaliste de la photographie.

Beauté suspendue #8 © Jérémie Corbeau

Le renversement de perspective de cette photographie crée une intense sensation de profondeur et de vertige. Deux points de fuite s’opposent, l’un dans le tiers supérieur droit de l’image, et l’autre deviné en bas du cliché. Les balcons se transforment en colonnes, le mur vertical en paroi étroite. Les rapports d’échelle sont une fois encore modifiés : plus l’œil se rapproche du bord en bas à gauche, plus la structure paraît petite, et plus il s’élance vers le bout du bâtiment, plus les lignes horizontales semblent longues.

Beauté suspendue #9 © Jérémie Corbeau

Les multiples lignes de cette composition guident le spectateur vers la gauche de l’image, vers le ciel et la lumière. Tel un éventail ouvert à 180° à l’armature saillante, la façade semble se déplier sous le regard du spectateur. L’architecture perd son caractère organique, l’attention étant portée non pas sur le matériau, mais sur la perfection géométrique de l’agencement.

Beauté suspendue #10 © Jérémie Corbeau

Verrière, balcon, toit, pyramide, vaisseau spatial… Ce cliché est l’un des plus énigmatiques par le caractère indéfinissable de son sujet. La composition est géométrique, le bâtiment se détachant en dents de scie parfaitement proportionnées sur le fond homogène du ciel. Les ombres donnent une impression de profondeur à la structure, qui semble surgir, comme dépliée sous nos yeux.

Beauté suspendue #11 © Jérémie Corbeau

L’élément architectural de la photographie occupe ici très peu de place, pointant telle une flèche vers la gauche du cliché, vers le ciel. Et pourtant, l’œil ne peut s’empêcher de revenir à cette structure. Le bâtiment revêt une nature protéiforme, se transformant en proue de bateau, en barque, en bec d’oiseau ou bien en reflet… La ligne horizontale de l’arrête crée un effet de symétrie imparfaite entre le triangle supérieur et la façade inférieure, rappelant alors au spectateur la nature architecturale du sujet.

Pour revenir à la page principale de la salle 4, cliquer ici

Pour retourner à la page d’accueil de l’exposition, cliquer ici

© Jérémie Corbeau – tous droits réservés