« Douce rêverie » – Galerie photo

La salle « Douce rêverie », seconde salle de l’exposition virtuelle, présente une nouvelle série de photographies en noir et blanc prises par Jérémie Corbeau. Le contexte est toujours celui des moyens de transport, mais le photographe nous invite cette fois-ci à monter dans la rame, à prendre le train et à nous laisser porter au milieu des voyageurs. Les jeux de reflets, de plans et de contrastes proposent au visiteur de remettre en question sa perception de ces lieux, d’éduquer son regard aux multiples facettes du voyage ferroviaire. Divers effets de temps se côtoient, parfois au sein d’une même photographie, entre arrêt et mouvement.

Douce rêverie #1 © Jérémie Corbeau

Première photographie de la salle, ce cliché associe deux plans statiques pour créer un effet de mouvement, une impression de zoom vers le fond de la rame. L’oeil parcourt les rangées de sièges, entraîné vers le cœur de l’appareil, observant les passagers sans pour autant s’arrêter sur un en particulier. Cette étrange sensation mêlant mouvement et immobilité introduit parfaitement la sensation prédominante dans la salle. Le spectateur se laisse porter par le regard du photographe, dans cet univers onirique mais familier.

Douce rêverie #2 © Jérémie Corbeau

Voici un autre cliché mettant en scène le photographe, cette fois-ci à travers la vitre d’un train en mouvement. Le flou ambiant transmet une intense sensation de vitesse, d’égarement, et l’oeil se retrouve comme happé par l’appareil, capté par l’immobilité du photographe-sujet. La composition de l’image est millimétrée, centrée sur l’interstice entre les portes et les fenêtres. Premier plan, second plan (et troisième plan ?) se confondent et créent un tableau parfaitement composé, où la figure statique légèrement excentrée constitue le point d’ancrage et de stabilisation pour le spectateur égaré.

Douce rêverie #3 © Jérémie Corbeau

Dans cette photographie, c’est le temps de l’arrêt qui est capturé. Les divers plans se superposent, et c’est comme à travers l’épaule de la personne au premier plan que l’on observe un passager sortir du quai. Les contrastes de lumière scindent l’image en deux : d’un côté les passagers à l’arrêt mais sur le départ, et de l’autre un passant arrivé à destination. Cette composition de deux temporalités et de deux intentions présentent un choix au spectateur: suivre les passagers ou bien le passant ; aller plus loin ou sortir de la gare.

Douce rêverie #4 © Jérémie Corbeau

La composition de ce cliché frappe par son caractère presque surréaliste : deux plans sont superposés et l’œil peine à comprendre comment la photographie a été prise. Où est le reflet ? Qui est le sujet ? L’alignement des quatre personnes est une nouvelle fois millimétré. Néanmoins, contrairement à Douce rêverie #3, le métro est en mouvement cette, et le spectateur est porté au côté des personnes du plan supérieur, observant celles du plan inférieur.

Douce rêverie #5 © Jérémie Corbeau

Similaire au cliché précédent, Douce rêverie #5 présente un nouveau chevauchement vertical de plans, la partie supérieure étant nette, et la moitié inférieure floue. La figure dans l’angle en bas à droite semble avoir remarqué le photographe, mais ses yeux échappent au spectateur : le train est en mouvement et l’entrevue touche à sa fin. Seul visage tourné vers nous, la personne reste pourtant anonyme par cet effet de flou, de vitesse.

Douce rêverie #6 © Jérémie Corbeau

Cette photographie dégage une forte impression de profondeur. L’homme endormi au premier plan, les deux personnes contre la vitre en reflet et enfin la quatrième personne de dos de l’autre côté de la glace constituent les sujets du cliché. L’impression de profondeur est associée à une sensation de mouvement, de l’homme à gauche vers le bord à droite, du train vers l’extérieur. C’est une imbrication de cadres qui s’offre aux yeux du spectateur, chaque partie de la composition étant isolée et pourtant reliée aux autres.

Douce rêverie #7 © Jérémie Corbeau

Trois regards, trois perspectives. L’œil est porté par les diverses trajectoires proposées dans ce cliché. Les lignes s’entrecoupent et s’entrecroisent, témoignant de la finesse de la composition de l’image. Le mouvement dans cette photographie est transmis dans un premier temps par ces jeux de lignes et de points de fuite, puis par le sujet de l’observation des deux personnages au premier plan. Le train approche certainement de sa destination, mais n’est pas encore à l’arrêt, en témoigne l’impression de vitesse du flou sur l’extérieur. C’est une photographie en suspens qui nous est ainsi proposée, entrevoyant le temps de l’arrêt.

Douce rêverie #8 © Jérémie Corbeau

Deux personnes sont présentes, et pourtant aucune n’apparaît dans cette image. La photographie est une illusion parfaite, le reflet de la personne à droite se superposant exactement sur la figure se trouvant à gauche, derrière la paroi. Tous les autres sièges sont vides et invitent le spectateur à s’asseoir en compagnie de ces voyageurs.

Douce rêverie #9 © Jérémie Corbeau

A qui appartient cette valise ? Telle est la question qui s’impose en voyant ce cliché. Seule sur le sol sale, la valise est le sujet de cette photographie, qui semble vide de présence humaine. Au centre de l’image, dans le reflet de la paroi lisse, on distingue pourtant une silhouette, mais c’est bien vers la valise à gauche de la composition que les yeux sont attirés. Observant le reflet de l’extérieur en regard de cet objet, le spectateur laisse divaguer son esprit, porté par une envie de voyager.

Douce rêverie #10 © Jérémie Corbeau

À observer en regard de la première photographie de la série, ce cliché capte le regard du visiteur vers le cœur de l’appareil photo. Le tunnel, parfaitement aligné à l’objectif, ressemble au flash de l’appareil et symbolise ainsi l’immédiateté, l’instantanéité du cliché. Deux voire trois sujets s’imposent dans cette photographie : le tunnel, l’homme à droite du cadre, et l’appareil.

Douce rêverie #11 © Jérémie Corbeau

Cette photographie, prise lors de la pandémie de COVID-19, cristallise le contexte particulier de l’exposition virtuelle « Le Temps d’un arrêt ». L’accumulation de parois vitrées sur l’image donne une étrange impression d’isolement, de mise en quarantaine. Et pourtant, la lumière dans le couloir nous invite à voyager, à s’évader…

Pour retourner à la page principale de la salle 2, cliquer ici.

Pour retourner à la salle 1, cliquer ici.

© Jérémie Corbeau – tous droits réservés