« Frénésie éphémère » – Galerie photo

La salle 3, intitulée « Frénésie éphémère », présente une série de photographies prises dans des escaliers mécaniques. Les contrastes de textures, de luminosités, alliés aux jeux de reflets et au croisement de lignes multiples proposent au spectateur un panel de ressentis – entre immobilité et mouvement, flou et netteté, quiétude et frénésie. Le titre de la salle prend tout son sens à mesure que les photographies défilent sous nos yeux, avec des scènes de plus en plus effervescentes et chargées d’informations. La finesse de la composition de ces images, la justesse des mises au point et autres effets photographiques renforcent le caractère éphémère de ces prises de vue, et mettent en avant la maîtrise technique du photographe.

Frénésie éphémère #1 © Jérémie Corbeau

Cliché le plus statique de cette série, frénésie éphémère #1 associe trois plans, trois lignes de fuite guidant le regard du spectateur dans un mouvement de zoom jusqu’aux pieds dans le triangle en arrière plan. Tout mouvement semble suspendu – la rampe, les escaliers, les pas de cette personne au loin. Et pourtant, rien dans cette scène n’est censé être immobile. Le caractère éphémère de la photographie est souligné par cette courte fenêtre triangulaire sur l’arrière plan de l’image : quelques minutes de plus, et la composition aurait perdu un plan, aurait perdu une strate d’information.

Frénésie éphémère #2 © Jérémie Corbeau

Ce cliché en contre-plongée met à l’honneur le contraste des matières: métal strié, acier mat et lumineux, verre réfléchissant, caoutchouc lisse, béton sombre… Ombres et lumières, absorption et réflexion, immobilité et mouvement s’opposent mais s’attirent dans cette photographie. La profusion de lignes diagonales guide finalement le regard vers le sujet, vers le point de fuite de la photographie: cette figure floue qui nous regarde en haut de l’escalier, dans le reflet.

Frénésie éphémère #3 © Jérémie Corbeau

La frénésie, l’effervescence et l’éphémère sont encore plus présents dans ce troisième cliché. Les lignes diagonales sont toujours aussi prononcées, découpant l’image entre l’arrière plan, le reflet, et l’escalier. C’est ici une impression de vitesse qui est dégagée, d’un mouvement rapide mis en pause le temps d’une photographie, donnant au spectateur une courte fenêtre d’observation de ces deux femmes dans le reflet.

Frénésie éphémère #4 © Jérémie Corbeau

Les deux pans blancs occupant plus de la moitié de l’image cloisonnent le regard et l’accompagnent jusqu’au miroir dans lequel se reflette la scène observée. Telles les deux parties d’un clap de cinéma, ils avertissent le spectateur sur le caractère instantané de cette vue. L’œil parcourt frénétiquement l’espace visible, étudie dans l’urgence les multiples informations qui s’offrent à lui: un homme, une femme et une poussette avec un enfant ; une publicité gigantesque… un rebord métallique. Où sommes-nous ? Le regard se stabilise alors sur les figures et l’esprit leur invente une histoire…

Frénésie éphémère #5 © Jérémie Corbeau

Photographie nettement plus lumineuse que les précédentes, celle-ci a un caractère plus mystérieux. La superposition de la figure en noir au premier plan et des jambes en arrière plan donne un effet surréaliste, l’impression du collage d’un corps sur de toutes petites jambes. Stase et mouvement sont aussi juxtaposées, la scène en haut de l’image étant plus floue que celle du bas, la « réalité » étant moins nette que le reflet. Une double sensation de vitesse et d’immobilité est ainsi créée, le regard fuyant tantôt le long des lignes diagonales l’entraînant vers le bord en haut à gauche du cliché, tantôt vers le magasin éclairé en contrebas, s’égarant dans les allées.

Frénésie éphémère #6 © Jérémie Corbeau

Le flou planant sur tous les plans de cette photographie lui confère une sensation de vitesse accrue par rapport aux clichés précédents. Suivant la figure au premier plan, l’œil anticipe ensuite le changement d’escalier et s’envole le long de la rampe au second plan. Cette frénésie du regard est accentuée par l’absence de netteté sur le reflet comme sur la personne à droite de l’image. C’est finalement le coin en bas à gauche qui présente l’élément reposant de la photographie ; ce large aplat de blanc qui stabilise la vue le temps d’un arrêt.

Frénésie éphémère #7 © Jérémie Corbeau

Nouveau contraste fort de matériaux aux propriétés réfléchissantes variées. Cette photographie montre cinq sujets, dont quatre sous forme de silhouettes, dans le reflet du carrelage mural. Une forte sensation de quiétude se dégage de ce cliché, malgré la profusion de lignes et d’informations à déchiffrer. Les quatre silhouettes en reflet sont encadrées, comme délimitées, par les deux lignes horizontales centrales du carrelage, un carreau étant laissé libre entre chaque personne. Cet espace, ce vide, permet au regard de s’arrêter et d’étudier chaque posture, de suivre chaque ligne, calmement… Le spectateur est ainsi mis en état d’attente, avant la dernière photographie de la série.

Frénésie éphémère #8 © Jérémie Corbeau

Photographie emblématique de la série et de son titre, frénésie éphémère #8 combine flou et netteté, figure isolée et groupes de personnes, à travers de multiples reflets dont l’œil ne parvient pas à déterminer le nombre ni la logique. L’analyse de chaque élément de l’image met l’esprit en effervescence, avec des figures à-demi visibles, des détails devinés… Et pourtant, au milieu de ce bouillonnement, une figure se dégage, au milieu du cliché, comme isolée. Cette femme, qui marche en direction du coin en bas à gauche, attire le regard du spectateur, surpris de pouvoir se reposer dans cette zone moins dense d’informations. On oublierait presque qu’il s’agit d’un reflet, mais en essayant de suivre les pas de la jeune femme, on se laisse alors happer à nouveau par la frénésie environnante…

Cliquer ici pour accéder à la page principale de la salle 3

Pour revenir à la salle 1, cliquer ici
Pour revenir à la salle 2, cliquer ici
Pour accéder à la page d’accueil de l’exposition, cliquer ici

© Jérémie Corbeau – Tous droits réservés