« Pensées fugaces » – Galerie photo

Galerie des photographies

« Les photographies de Jérémie Corbeau sont le témoignage du parcours d’un homme à la recherche de temps perdus, renouant avec la rêverie, non pas dans une attitude de fuite depuis le monde réel dans la fantaisie, mais bien dans une redécouverte de son environnement et de soi-même. «  (Jean-Baptiste Sépari Prévost)

La salle « Pensées fugaces » est composée de huit photographies en noir et blanc, mettant en scène des jeux de reflets, d’ombres et de lumières et remettant en cause les lois de la perspective et du point de fuite. Suivant tantôt le regard du photographe, tantôt celui des silhouettes qu’il prend pour sujets, le spectateur se laisse porter dans des lieux indéfinis et pourtant familiers. À travers ces « pensées fugaces », le photographe invite nos yeux à mettre le temps en suspens pour parcourir les divers plans et reflets superposés, suivre les regards et apprécier les perspectives qui nous sont présentées.

Pensées fugaces #1 © Jérémie Corbeau

Photographie choisie pour figurer sur l’affiche de l’exposition, elle symbolise l’essence de l’art de Jérémie Corbeau. Le temps d’un arrêt, le regard pointé vers l’horizon; la vie dehors se poursuit: une discussion en cours… en suspens? Par ses jeux sur les reflets et la mise au point, le photographe nous plonge dans un univers hors du temps, tourné tantôt vers l’avenir, tantôt vers le passé. Le cadrage de cette photographie met l’accent sur le rêve, sur l’espoir. De l’ombre à la lumière, de l’appel téléphonique au regard, l’œil est entraîné vers cet horizon qu’il ne voit pas… plus loin, là-bas.

Pensées fugaces #2 © Jérémie Corbeau

Nouvelle attente, nouveau point de vue. Le sujet de la photographie, reflété dans la vitre, nous tourne le dos et semble admirer la scène capturée par l’appareil. Deux voies s’ouvrent devant le regard. L’une en diagonale, fuyant vers la gauche de l’image, devant/derrière la personne à l’arrêt. L’autre sinue vers le point de fuite; l’horizon n’est pas visible, il est au détour de la rue, caché. Un contraste saisissant entre le premier plan statique, individuel, en suspens et l’arrière-plan lumineux, populeux, en mouvement, entraîne le spectateur dans le dédale des rues, là-bas, au-delà du reflet, au-delà de l’instant.

Pensées fugaces #3 © Jérémie Corbeau

Verticalité et horizontalité se côtoient ici, quadrillant l’image. La silhouette, dont le regard est tourné vers la gauche du cadre, hors champ, attend. Paradoxalement, cette photographie est statique, contemplative, et pourtant ce regard semble indiquer que le train est , qu’il arrive. Cette immédiateté, cette urgence de l’instant se retrouve sur le panneau qui apparaît en reflet à droite de l’image. « Danger! », « attention »: ces injonctions guident les pas des voyageurs, et par mise en abîme alertent le spectateur de l’éphémère du moment capturé.

Pensées fugaces #4 © Jérémie Corbeau

À voir en regard de Pensées fugaces #3, cette photographie met en scène une silhouette dans la même posture, immobile et regardant dans la même direction… la même personne ? Mais une différence majeure s’est glissée: le train est arrivé, et avec lui de nouveaux voyageurs – en mouvement. Une forte impression de vitesse est transmise par l’apparition du voyageur à la valise, dont le pas affirmé brouille la mise au point de son plan. Deux autres silhouettes apparaissent également sur l’image: multiplication de points de vue, d’effets de temps, de plans… le train devient ici symbole de vitesse et de stase tout à la fois, donnant à la photographie un caractère onirique, en suspens.

Pensées fugaces #5 © Jérémie Corbeau

Un regard, deux personnes, un appareil photo. Dans cette photographie, c’est l’œil, le point de vue de l’artiste qui est mis en scène, qui est donné à voir. La précision millimétrée du temps et de l’espace dans laquelle s’inscrit cette photographie met le spectateur à l’arrêt. A qui appartient ce bras ? L’illusion est parfaite. Pourquoi le regard du photographe est-il tourné vers la gauche du cadre ? L’attente de la personne de dos et l’attention du photographe sont mises en relief par cette capture d’un instant.

Pensées fugaces #6 © Jérémie Corbeau

Un train à l’arrêt, un espace d’attente, des voyageurs immobiles… La microseconde d’arrêt avant de monter dans ce train. Et cette superposition entre celui qui attend encore, tourné vers l’autre voie, encore plongé dans la mélancolie de l’attente, et ceux qui bientôt n’attendront plus, qui sont dans l’espace avec la netteté que donne la détermination et l’action.

Pensées fugaces #7 © Jérémie Corbeau

Jeux de reflets et jeux de perspectives s’articulent ici; quatre escaliers mènent quelque part, mais le lieu est vide – seule trace de présence humaine, la silhouette du photographe se dessine en contrepoint des fenêtres de lumière. On croirait à une superposition de quatre espaces, mais il s’agit bien d’un reflet. Toutes les perspectives entraînent le regard vers le point de fuite, au centre de l’image: la rue, l’extérieur, la lumière. Le béton et l’organique se côtoient et se répondent, invitant le spectateur à entrer, à observer…

Pensées fugaces #8 © Jérémie Corbeau

Un jardin, une allée, des arbustes… une grille. L’œil suit la route qui se dessine devant les pas du photographe, mais soudain s’arrête: le reflet dans la vitre met fin à l’illusion, cette partition translucide invite à observer mais rappelle le spectateur à la réalité. Quel chemin ses pas suivront-ils ? Quelle allée arpenteront-ils ? Celle du jardin, ou celle menant vers les bâtiments éclairés ? La route va et vient devant le regard, troublant les pas et laissant errer l’œil et l’esprit.

 

Pour retourner à la page principale de la salle 1, cliquer ici

© Jérémie Corbeau – tous droits réservés